Passationde_presidence

Défavorables, voire négatifs comme les derniers sondages d'opinion, sont les nombreux commentaires recueillis ça et là, à l'issue de la prestation du président Sarkozy lors de sa conférence de presse tenue le mardi 08-01-2008 plus de 2 heures durant.
Nicolas Sarkozy, président de la république française, le tout nouveau compagnon de Carla Bruni et non moins ex mari de Cécilia, d'habitude si éloquent et pertinent dans ses discours semble avoir perdu de sa superbe et de sa crédibilité.
Désillusions, regrets, déceptions et pessimismes sont plutôt les maîtres mots qui ressortent le plus souvent des commentaires, aussi bien dans les milieux politiques que ceux du citoyen lambda.
Les talents d'orateur de Sarkozy semblent ne plus faire recette, ses envolées lyriques et pédagogiques semblent désormais ajouter un peu plus de confusion et d'incompréhension à la situation de plus en plus confuse et difficile qui a fini par plonger la majorité des français dans l'incertitude, la précarité et la morosité.
Les tergiversations, volte-face et cacophonie qui ont entouré les déclarations du gouvernement au sujet de la durée légale du temps de travail,(les 35h)
Le "paquet fiscal" considéré par certains comme étant un cadeau fait aux plus nantis
La Hausse plus que conséquente des revenus du président
La peopolisation de la vie Elyzéenne face à la faiblesse du pouvoir d'achat de plus en plus accentuée et préoccupante des ménages
La proximité, voire l'étroitesse des relations de Nicolas Sarkozy avec certains grands patrons ainsi que sa trop forte médiatisation, ont fini par accentuer la fracture sociale, ré-installer et entretenir la défiance des français à l'encontre des Politiques.
Les Français semblent donner des signes de lassitude et ne plus y croire.
L'euphorie de l'élection de Nicolas Sarkozy et l'état de grâce qui l'a accompagné des mois durant ont vite cédé la place au désenchantement.
Tandis que ses opposants politiques jubilent, certains de ses partisans ne cachent plus leur déception.
D'aucuns s'attendaient à des mesures concrètes en faveur du pouvoir d'achat et à la lutte contre la hausse effrénée des produits de première nécessité, notamment le prix du pétrole qui n'en finit pas de gréver le budget des ménages-quoique ressentie différemment entre la classe moyenne et les membres du gouvernement qui ne connaissent même pas le prix du litre de gazol à la pompe- hélas, la situation est si compliquée et insoluble que monsieur le président semble se résigner.
Le gouvernement de monsieur le président Sarkozy semble n'avoir aucune proposition de solution probante qui puisse relancer la consommation et redonner du moral aux ménages.
Les quelques avions, tramways, Tgv,centrales nucléaires civiles et autres trains vendus à la chine au Maroc à L'Algérie et à la libye n'y changent rien, la précarité semble s'inviter et s'installer durablement chez les Français dits de la classe moyenne.

Sarkozy_installation