Illustration_Domota30
Crise des valeurs
Crise économique et financière
Crise quand tu nous tiens!!!!!!
Des USA en Chine et en Russie en passant par L'Europe,
De L'Amérique du Sud en Inde,

Du Canada au Japon,
du Maghreb au Cap, aucun pays n'est épargné et la sinistrose n'en finit pas de nous plonger dans la déprime et la morosité.

La situation de l'emploi avec son lot de faillites d'entreprises, de licenciements et de chômage complique davantage la situation et plonge chaque jour de nouvelles familles dans la précarité.
La France des 35h et des Droits de L'Homme touchée de plein de fouet se singularise une fois de plus avec ses excès notamment avec les mouvements sociaux.
Bien sûr que des patrons voyous profitent de la crise pour délocaliser ou se restructurer avec des plans sociaux inhumains, mais force est d'admettre que les méthodes de lutte syndicale employées ça et là avec violence et séquestrations de patrons en réponse aux fermetures d'entreprises, aux licenciements et autres suppressions de poste sont inadmissibles et condamnables bien que compréhensibles parce que du fait d'hommes et de femmes humiliés et désespérés.

Jusqu'à hier, mercredi 22-04-2009, je me demandais où était passée cette voix autorisée de la République qui qualifiait Elie Domota et ses camarades du LKP de "Tontons macoutes" ?

Cette voix autorisée qui stigmatisait les barrages érigés par les grévistes Antillais contre la vie chère en faisant vibrer les micros des radios et télévisions, en vociférant des menaces de répressions, en tapant du poing sur la table et en faisant remarquer, à juste titre d'ailleurs, qu'on ne devait pas faire de barrage sur les routes, qu'on ne devait pas non plus bloquer les stations-service, que ça ne faisait pas partie des moyens légaux d'expression et que face à celà, L'Etat ne laisserait pas faire et qu'il continuerait à assurer la liberté de circulation.

Cette voix autorisée de la République inscrite aux abonnés absents lors des séquestrations de Serge Foucher, PDG de Sony-France et de son DRH du 12 au 13-03-2009,

Cette vois autorisée du premier ministre qui semblait ne pas être au courant de la séquestration de 4 responsables de SCAPA à Belgarde du 7-4 au 8-4 2009 entre autres séquestrations dont celle de 5 membres de la direction de FM Logistics à WOIPPY en Mozelle le 16-04-2009.

Les syndicalistes de Caterpillar ont eu raison de ne pas répondre à l'invitation de Nicolas Sarkozy, évitant ainsi de se faire traiter à nouveau de voyous à L'Elysée.

Pour entendre enfin cette voix autorisée du premier des ministres de la République condamner ces actions et menacer de poursuites judiciaires les auteurs de tels actes, il a fallu attendre les saccages de la sous-préfecture de Compiègne par les employés de Continental qui ont violemment réagi à l'énoncé du verdict du tribunal de Sarreguemines qui les a déboutés dans leur requête aux fins d'annulation de la fermeture du site de l'usine de Clairoix.

De l'occupation de bon nombres d'universités depuis des mois par une poignée d'irréductibles opposants aux nouvelles réformes de Valérie Pecresse, François Fillon ne dit rien et semble ne pas s'intéresser plus que ça à l'avenir de nos enfants qui courent le risque d'une année blanche.

A chaque fois que les Agriculteurs et autres pêcheurs Français ont manifesté, ils l'ont fait avec plus de violences que les Grévistes du LKP, avec saccages de biens publics, et parfois même, de biens appartenant à autrui.

Combien de fois je n'ai pu que constater l'occupation et le blocage des lycées de nos enfants par une poignée, une dizaine de grévistes empêchant des milliers de leurs camarades non grévistes d'accéder à leurs établissement sans qu'aucune autorité ne lève le petit doigt pour fustiger ces entraves à la liberté de circuler et de travailler ?

Elie Domota et ses camarades ont bien raison de ne pas accorder leur caution à cette mascarade, à ce simulacre de diagnostic de la situation des DOM, conscients qu'ils sont, que la République a déjà pris fait et cause pour  la minorité Bécké.

Aussi bien le LKP que le Collectif du 05-02 Matiniquais ainsi que le COSPAR Réunionnais, les principaux initiateurs et acteurs des grèves contre la vie chère au niveau des DOM ont tous boycotté les Etats généraux de L'Outre-Mer ouverts le mercredi 22-04-2009, ces Etats généraux destinés à se pencher sur les principaux maux dont souffrent les DOM et qui sont à l'origine de la crise dite Antillaise qui a paralysé 44 jours durant la Guadeloupe, 38 jours la Martinique et à un degré moindre la Réunion.

Partis comme ils le sont, ces états généraux qualifiés de leurre par les syndicalistes des DOM sont voués à l'échec et ne semblent pas de nature à changer la situation préoccupante des DOM.

Animation_Embleme_du_Sn_Sksysteme_