Guinee_illustration

Le Dictateur est mort!!!!!!!
Vive le Dictateur Lansana Konté!
Bien sûr que de tradition, on se plie au politiquement correct devant une dépouille mortelle, même au cas où la dépouille mortelle, fut une crapule de son vivant.
Dans le cas précis de feu Lansana Konté, dictateur, voire despote aveugle et sanguinaire de son vivant ; le peuple Guinéen aurait pu, je dirais même que le peuple Guinéen aurait dû danser et manifester sa joie comme le ferait la souris en l'absence du chat.
Hélas, il n'en fut rien!
Pris comme dans une amnésie collective, le peuple Guinéen si longtemps opprimé pleure Lansana Konté et fait acte d'allégeance au chef de la Junte militaire autopropulsé Président de la république de Guinée.
Que de malédiction pour L'Afrique!
C'est à croire que le peuple Guinéen est fataliste et qu'il s'accommode très bien de son asservissement et de la misère dans laquelle l'a si longtemps maintenu ses chefs d'état successifs.
Les Guinéens ont-ils oublié que ce sont ces mêmes militaires qui pavanent dans la joie et l'allégresse dans les rues de Conakry qui ont tiré sur eux faisant des centaines de morts en Juin 2006, janvier et février 2007 ?
Décidément! Les Sénégalais doivent se sentir vraiment seuls dans cette Afrique occidentale des coups d'état, encerclés qu'ils sont  par plus de Putchistes que de Démocrates.
Que les Politiciens hypocrites et opportunistes se mettent à nu pour courber l'échine devant les Hommes du capitaine Moussa Dadis Camara n'a rien d'exceptionnel et d'inattendu, mais que les Dignitaires de L'Intersyndicale Guinéenne de la trempe de Hadia Rabiatou Sérah Diallo, de Louis M'Bemba Soumah, de El Hadj Yamodou Touré et de El Hadj Abdoulaye Baldé en arrivent à retourner leur pagne et leurs vestes, à se précipiter pour faire allégeance à la Junte militaire, à ces militaires qui les ont malmenés et humiliés durant leurs mémorables rebellions contre le régime militaire de Konté, votre serviteur n'en revient pas ; tout juste peut-il les comprendre dans la mesure où ils ne font que sauver leurs têtes à l'instar du général Mamadou Toto Camara et de ces Généraux et Officiers supérieurs qui se courbent désormais en présence de leur subalterne de capitaine.
J'ose espérer que la communauté internationale ne soit pas dupe comme le peuple Guinéen pour croire que la junte militaire organisera bel et bien des élections libres et démocratiques en 2010 comme elle le promet.
C'est comme un leitmotiv, les militaires qui prennent le pouvoir dans le tiers- monde s'engagent toujours au lendemain de leur putch à organiser des élections démocratiques juste pour gagner du temps et asseoir leur pouvoir. Le chef range ensuite ses treillis, se met en costume-cravate pour se présenter au suffrage universel, entouré de ses hommes armés.
C'est à croire que l'histoire se répète pour le pauvre peuple Guinéen.
Des siècles d'esclavage et de colonisation, 27 longues années de Touréisme et 24 autres longues années de Kontéisme semblent ne pas suffire pour sortir le peuple Guinéen de l'obscurantisme, de la misère et de l'asservissement, pour le faire entrer dans la démocratie et la modernité.
Vraiment dommage que le débile Général n'ait pas emporté avec lui, sa dictature.

Pour se consoler de ces malheureux événement, je dédie à la jeunesse Guinéenne, cet hommage du Bembeya-Jazz national à l'ancienne armée de feu Sékou Touré, cet autre dictateur.