Seckasysteme_Affairearche

Le peuple Tchadien en général et ses Magistrats en particulier doivent se sentir dans leurs petits souliers et très peu fiers de leur fantoche et sanguinaire président Idriss Déby Itno.

Le tout puissant Sarkosy président de la toute puissante  France n’avait-il pas déclaré que quoi qu’ils aient fait, les 6 membres de L’Arche de Zoè seraient rapatriés en France ?

Nul doute que Sarkosy n’aurait pas osé faire une telle déclaration et pris une telle assurance si Eric Breteau et sa bande avaient commis leur forfait aux USA ou dans n’importe quel autre pays occidental.

Nicolas Sarkosy vient de s’illustrer une énième fois contre L’Afrique noire, aidé bien sûr par le “président homme de paille” de la république bananière du Tchad.

Qui aurait pensé à une grâce présidentielle pour une bande de Négros venus de leur pauvre Afrique noire en France, pris en flagrant délit de trafic d’enfants,  en train de  tenter d'exfiltrer vers L'Afrique, ne serait-ce qu’une ou deux petites têtes blondes ?

Quel décalage entre nos chefs d’état et leurs peuples!

Hormis les familles des 6 membres de L’Arche de Zoè et leurs cercles d’amis, les Français condamnent dans leur grande majorité, cette mascarade de justice, ce minable marchandage sur le dos de pauvres petits Africains sans défense.

L’Arche de Zoè fait presque l’unanimité contre elle, aussi bien le gouvernement que l’écrasante majorité des Français reconnaissent la culpabilité de la bande à Eric Breteau.

Les autorités Tchadiennes par la voix de ce même Idriss Déby n’avaient-elles pas, le 26-10-2007, violemment accusé les 6 membres de L’Arche de Zoè de “trafiquants d’enfants et de pédophiles  allant même jusqu’à leur promettre de lourdes sanctions exemplaires?

Le 28-10-2007, ce même Sarkosy ne condamnait-il pas l’opération en question orchestrée par Eric Breteau et sa bande, la qualifiant “d’illégale et d’inacceptable” ?

Malgré toutes ces récriminations, les condamnés de L’Arche de Zoè sont  sortis précipitamment de prison  hier, aussitôt le décret présidentiel de grâce transmis en un temps record aux autorités judiciaires françaises. C’est à croire que ce décret était déjà en France et n’attendait que l’avis favorable du conseil supérieur de la magistrature Tchadien dont le simulacre de réunion  présidé  pour la circonstance par le ministre Tchadien de la Justice Albert Pahimi Padacké s’est tenu le 28-03-2008 pour y mettre la forme.

Bien sûr que Déby doit sa survie aux troupes Françaises mais fallait-il pour autant sacrifier, au delà de sa pauvre personne, la dignité de toute L’Afrique noire?

Pour qui connaît le personnage, celà n’a rien d’étonnant, Idriss Déby dont les mains dégoulinent du sang de ses propres frères  étant prêt à tout pour conserver le pouvoir qu’il a conquis par un coup d’état en 1990 avec le soutien de ses amis d’hier et ennemis Soudanais d’aujourd’hui.

Dédy qui a bénéficié de la bénédiction de la France qui en voulait toujours à mort à l’ex président Hisséne Habré qui a osé, à son époque, résisté à la pression néo-coloniale dans  l’affaire Claustre.

Et la question qui revient sur toutes les lèvres!

Pourquoi ce coup de force de Sarkosy?

Le président Français avait-il besoin de bander ses muscles  et d’humilier Idriss Déby, les Magistrats,  le peuple Tchadien, voire, les Africains,  pour démontrer sa puissance?

Sur quoi porte le deal entre Sarkosy et Idriss Déby?

Complexe de supériorité?

Très certainement si Eric Breteau et ses compagnons d’infortune avaient été condamnés par la Justice Française, le président Français ne les aurait pas gracié.

Oui à la Justice Française mais non à la Justice Africaine?

Le sulfureux avocat des condamnés, Gilbert Collard, n’a-t-il pas aboyé et déversé son venin sur la Justice Tchadienne et dit à travers micros et caméras son mépris  à l’encontre des  Magistrats Tchadiens les qualifiant même d’incompétents oubliant au passage que ces derniers sont sortis bardés de diplômes des Universités et prestigieuses écoles Françaises.

Le pétrole Tchadien serait-il étranger à toutes ces combines sur le dos des pauvres Tchadiens?

Mystère et boule de gomme.

Seul l’avenir nous édifiera sur les dessous de cette rocambolesque affaire.

En tout cas, la nouvelle Françafrique de Sarkozy est très mal partie et ses nombreuses maladresses, voire, ratées diplomatiques ne présagent pas de lendemains qui chantent ni pour les Français encore moins pour les Africains qui regrettent déjà Chirac “L”Africain”.