Memorial_EsclavesgoreeQui aurait pu prédire le tournant démocratique historique pris par la République islamique de Mauritanie depuis ce fameux 03-08-2005, date du renversement du dictateur Ould Taya?
La Mauritanie pendant trop longtemps sous le joug de la dictature de Mahouya Ould Ahmed Taya est entrée dans une nouvelle ère.
Les interpellations et incarcérations abusives,les persécutions, brimades et répressions en tous genres contre les opposants politiques étaient monnaie courante sous le règne de Ould Taya.
La communauté noire du sud qui a payé un lourd tribu dans sa lutte pour son émancipation vient d'enregistrer la plus belle page de son histoire avec la nouvelle loi anti-esclavagiste plus répressive votée à l'unanimité par les députés Mauritaniens le mercredi 08-08-2007.
Boubacar Ould Messaoud, président de SOS Esclaves Mauritanie, a beaucoup contribué à l'élaboration de la nouvelle loi en y apportant plusieurs amendements qui ont permis de clarifier les sous-entendus et autres vagues définitions tout en renforçant les sanctions.
L’esclavage est désormais reconnu comme un crime en Mauritanie.

La loi pénalise tous les délits commis contre une personne considérée comme esclave.

Bien qu'étant abolies en 1981, les pratiques esclavagistes étaient monnaie courante en Mauritanie, l'omerta des victimes elles mêmes ajoutée à la pesanteur des traditions rendaient pratiquement impossible l'application des bribes de dispositions législatives qui encadraient cette loi.

Désormais le mariage forcé ou le droit de cuissage sont considérés comme un viol, la captation d’héritage, le travail non rémunéré etc..., sont considérés comme des crimes.

Un esclavagiste qui oblige une femme à devenir son épouse ou au contraire l’empêche de se marier, risque de un à trois ans d’emprisonnement. Cette peine peut être assortie d’une amende allant de 100 000 à 200 000 ouguiya (de 290 à 580 euros).

Un agent de l’administration qui ne donne pas suite à un signalement pour esclavage est passible de 2 à 5 ans de prison. La loi assure aussi la gratuité des procédures judiciaires et autorise les associations de défense des droits de l’homme à assister la victime devant les tribunaux.

Selon Ould Messaoud, C’est une situation complètement nouvelle.

Toutes les dispositions antérieures contraires au texte, comme par exemple la compensation des maîtres (pour l’abandon de l’esclavage), sont annulées.
Cette loi révolutionnaire en Mauritanie condamne également l'apologie et le négationnisme de l'esclavage.
L'on peut parler de victoire de la Démocratie mais aussi et surtout de victoire de l'ancien colonel président Ely Ould Vall qui a su mener à bien la transition démocratique.
Tout aussi méritant est son successeur, le président Sidy Mohamed Ould Cheikh Abdallahi qui fait preuve de loyauté et de digne successeur de Ould Vall.
Le peuple Mauritanien y a gagné en maturité politique et la démocratie ne s'en porte que beaucoup mieux dans cette république islamique qui n'a plus rien à envier à ses voisins en matière de démocratie et de bonne gouvernance, d'aucuns diront même que ces derniers ont désormais tout à apprendre de l'expérience Mauritanienne.

SeckasystemeStatue_Esclavesgoree_rs